Archives de catégorie : Chroniques de l’agir en communs

Tiers Lieux et compagnie

Les tiers lieux ont aujourd’hui une réelle existence. Leurs contenus s’affirment et s’affichent, dans leur diversité de construction, de financement et de valorisation sociale et économique (https://christianmahieu.lescommuns.org/2020/04/28/en-quete-de-tiers-lieux/ ).

Par leurs formes mêmes, potentiellement acteurs de mises en communs, ils sont avant tout acteurs de mises en réseaux.

Dans le contexte spécifique de la Métropole européenne de Lille, le phénomène tiers lieux trouve une expression importante avec l’initiative « Compagnie des Tiers Lieux ». Cette initiative doit en effet être renvoyée à son contexte et moment d’émergence. Notamment, elle est inséparable des premiers moments et pratiques de mutualisation opérés par les premiers porteurs de projets de tiers lieux dans un format d’action collective porté par le collectif Catalyst et appuyé par l’association Anis. Elle est aussi inséparable de l’action publique engagée avec la MEL et la construction de l’appel à projets de tiers lieu lancé par elle. En résulte, la création de la Compagnie des Tiers Lieux (https://compagnie.tiers-lieux.org/) , par autonomisation vis-à-vis de ses porteurs initiaux et structuration progressive. Mais, d’autres dynamiques pourraient caractériser le phénomène dans son extension et ses prolongements.

Tout d’abord, compte tenu de l’émergence du phénomène avec la question des espaces de coworking, est-ce que se maintient, et comment, une dynamique de création de ses espaces spécifiques, à l’économie souvent plus strictement marchande, ou de recomposition d’espaces existants dans cette perspective ?

Des formats de lieux, plus identifiés, se spécifient-ils, se forment-ils en réseaux ou sous réseaux d’une façon plus ou moins autonome ? Ça peut être le cas des appellations « cafés citoyens », des « fabLabs », des « Ressourceries » -Rappelons-nous l’aventure des Régies de quartier-, etc.

Ça pourrait aussi être le cas de dynamiques de développement par un opérateur privé de réseaux (de franchises) d’espaces numériques, dédiés principalement à de la médiation numérique. La dynamique s’appuierait ici sur la reprise, dans un autre mode d’action économique et publique, d’actions ayant entraîné l’émergence des espaces numériques et autres cybercentres amorcés par les institutions publiques. Des initiatives existent qui visent à aller dans ce sens, par exemple avec Pop et les Pop Café.

Des tiers lieux pourraient converger vers des formes résiliaires et/ou de plateformes adaptées à des contextes micro locaux. C’est d’ailleurs poussé par l’acteur public qui en fait un vecteur de développement  local territorial. Sur le territoire de la MEL, c’est le cas à Fives Hellemmes.

Des remarques similaires pourraient être faites s’agissant de deux autres dynamiques concernant l’une les formes de l’action sociale publique et l’autre les activités de création artistique et culturelles.

Au départ quelques Centres Sociaux participent à un programme autour des questions numériques (projet Centres Sociaux Connectés). A partir de cela, les mêmes CS, bientôt rejoints par d’autres, se lancent dans des démarches de développement de tiers lieux, soit par adjonction d’un lieu spécifique, maintenant le centre social (ou la maison de quartier, ou autre MJC…) dans sa définition initiale, soit par substitution d’un format tiers lieu au format initial. Ils opèrent ces transformations sous le regard attentif des instances de tutelle, et de financement (Conseil Départemental et CAF, notamment), et avec le relai de leurs fédérations d’appartenance, notamment la fédération des Centres Sociaux. Après ces premiers mouvements, à l’initiative des centres sociaux eux-mêmes, ils sont appuyés, sans pourtant être (encore ?) accompagnés,  par les institutions elles-mêmes qui tentent de se doter d’une politique en la matière.

Pour ce qui est de lieux culturels, la question qui se fait jour aujourd’hui se ressource de démarches plus anciennes, celles de la fin des années 1980-1990, avec la question des friches culturelles, du début de reconnaissance des Lieux Intermédiaires Indépendants lorsque la problématisation des « Nouveaux Territoires de L’art » offraient tout à la fois des places pour des labels culturels et pour des lieux à reconnaissance provisoire /transitoire en fonction de leur configuration et de leurs ouvertures à des publics, eux-mêmes en mouvement. Aujourd’hui, la « tierslieuisation » des lieux culturels prend des chemins, tout à la fois de convergence avec le mouvement des tiers lieux et de spécification des (mi)lieux et plateformes coopératives artistiques qui les font se distinguer dans leurs dynamiques propres, notamment dans leur rapport à l’institution et action publiques. Par exemple, cette question ne peut être traitée sans que le soient les dispositifs d’intervention et de financement que sont les différents appuis publics et privés à la création /diffusion/Intermédiation avec les formats dits de « résidences ».

On ne peut donc pas traiter cette question, et particulièrement si l’on veut comprendre la dynamique de la Cie des TL, si l’on ne regarde pas le jeu croisé des niveaux d’institution et de financement de l’action publique. Il faut envisager les liens avec les différents niveaux de collectivités territoriales et nationales. Par exemple, dans quelle mesure un « réseau ? » local joue le rôle de relais d’un processus, d’institution au niveau national, avec le conseil national des TL et France TL, même si ce processus pourra sembler ouvert ? On peut alors s’interroger sur le programme « Fabrique de Territoires », et ses liens avec l’action publique locale.

Dans quelle mesure, ce même réseau potentiel jouera-t-il, et jusqu’où le rôle d’une quasi « agence » au service, public ?, de la MEL ? Il est de ce point de vue intéressant de noter que le dispositif d’aide financière de la MEL, avec le financement concomitant de l’appel à projet TL et du financement récurrent de la Cie des TL, pourrait connaître des évolutions qui semblent consolider un effet d’encadrement du développement des TL, avec un rôle d’agence plus accentué pour la Cie. Cette logique plus prescriptive de fonctionnalités et services demandés prendrait plusieurs formes : des bonifications données aux aides financières selon que les activités développées dans les tiers lieux en développement recouvrent les priorités données aux politiques publiques ; la prise en compte et le financement de tiers lieux initiés directement et portés par les collectivités territoriales ; l’intégration amont de l’action publique des objectifs et activités des TL par la convergence, voire l’intégration, des dispositifs de soutien et des appels à projet qui y correspondent, par exemple, l’entreprendre autrement de l’ESS, le soutien à l’innovation numérique et territoriale, les politiques de la ville, les actions en transition, les soutiens à la culture.

Enfin, sans développer plus avant ce point ici, il pourrait sembler difficile et potentiellement réducteur de ne pas envisager, dans le même mouvement d’analyse des initiatives, ce qui ressort du phénomène de plateformisation, notamment dans sa forme coopérative, en communs, en même temps que les lieux et les espaces physiques qui les mettent en œuvrent, pour ne pas dire au travail. Si les questions du travail et de ses conditions ne peuvent plus se réduire à l’organisation de lieux exclusifs, il en est de même des questions qui concerne l’œuvre, au sens de Arendt, et ses espaces publics, politiques.

 

What do you want to do ?

New mail

L’impératif de la rencontre à l’heure de la distanciation sociale : Le Furieux, une expérience d’opéra participatif

Il y a quelques semaines j’ai eu l’opportunité de me joindre à une expérience d’opéra participatif, Le Furieux, tiré d’un texte de Laurent Gaudé « Onysos, le Furieux », et conçu par Claire Pasquier du collectif La Meute, https://www.youtube.com/watch?v=25dbrPEoIVk.

« L’opéra participatif Le Furieux est un chœur citoyen, un cri libérateur, une création collective. Pas d’instruments, seulement des corps, des voix et de la musique électronique en direct. Nous nous mettons face à l’autre, face à nos parcours, nos points communs et nos différences, face à l’étrange et à l’étranger. Nous construisons ensemble une histoire à notre image. Nous formons une meute et nous dansons, nous chantons, nous racontons. Des parcours de découverte enrichissent l’expérience de co-création de l’opéra avec des visites guidées, des spectacles, des expositions et des rencontres ».

Une vingtaine de participants ont partagé, avec la scénographe, le danseur et la chanteuse, deux semaines de création et de rencontres. Un spectacle final est venu clore cette séquence de création collective.

 

« Ces heures ont été les seuls instants de ma vie où je ne fus qu’un homme.»

Laurent Gaudé, Onysos, le furieux

 

Le paradoxe est que j’écris ces quelques lignes en plein confinement à cause de la pandémie de coronavirus. Je suis chez moi, avec ma compagne, à l’écart de tous. Bien sûr, comme beaucoup, je communique (mettre en commun ?) avec les autres, via les moyens de télécommunication, réseaux dits « sociaux » et téléphone. Je communique avec des gens avec qui j’ai des liens, de famille, d’activités professionnelles et autres. Rien n’est laissé au hasard de la rencontre.

Et, c’est d’abord ce que j’ai ressenti dans ma participation à cette expérience d’opéra dit participatif : une rencontre improbable.

Une rencontre d’abord avec des artistes dans l’exercice de leur création, des artistes qui conçoivent un format et vous le font partager, qui l’argumentent et le mettent en œuvre. Le plus surprenant pour moi est ce mélange d’explications rationnelles, des horaires, des questions logistiques, mais aussi des consignes, des codes formels, et de schèmes interprétatifs qui proviennent de la lecture d’un texte (Onysos, le furieux, de Laurent Gaudé) qui vient percuter l’expérience partagée des deux créatrices, scénographe et chanteuse lyrique.

Mais la rencontre, pour moi la plus forte, du point de vue de mes expériences passées, c’est celle d’un groupe de personnes inconnues, juxtaposées. Nulle présentation réciproque n’a semblé nécessaire. Une vingtaine de personnes étaient là, chacune différente en âge, sexe, surement en matière de trajectoire et d’expériences. L’instant de la prise de contact a suffi à nous mettre en mouvement, ensemble. La surprise a été pour moi que, passé un bref moment d’interactions par le biais d’un jeu, en rond, nous entrions vite dans une très grande proximité, promiscuité, sans que cela ne fasse l’objet d’une quelconque explication, autre que la description factuelle des liens et contacts que nous nous proposions de pratiquer pour faire corps, ensemble.

Aucune explication n’a été donnée, ni même demandée. Aucune réticence, ni hésitation, ne s’est manifestée, et ce même en aparté, entre les personnes pour qui c’était pourtant la première expérience en la matière. Tout à la fois, chacun a respecté les consignes de jeu et les a interprétées pour en faire sa singularité au sein d’un groupe, lui-même, singulier dans sa diversité expressive. Chacun, et c’est là le rôle spécifique, créateur, des artistes, a pu se voir attribuer un rôle adapté à ses spécificités expressives sans que cela fasse l’objet d’une délibération ; une composition dans le mouvement même du jeu. De quelle composition s’est-t-il agi ? Quelle en était la partition ? Les personnes n’étaient pas rassemblées pour interpréter des rôles prédéfinis. Elles n’en auraient pas eu les qualités habituellement requises. Les rôles se sont inventés au fur et à mesure de l’exercice d’auto composition, simplement guidée et accompagnée par les artistes garantes de la pertinence et cohérence expressives.

Bien sûr, une explication rationnelle, celle du sociologue, dira qu’il s’agissait d’interpréter les rapports de l’individu au groupe, de jouer la complexité des interactions que mettent en œuvre un collectif improbable, spontané. A plusieurs moments, au cours du spectacle, ces interactions ont fait l’objet d’une description, interprétation et explicitation. Mais, ces moments interprétatifs, explicatifs faisaient eux-mêmes parties du spectacle que donnent à voir des groupes en mouvement, sous le mode du sport, de la danse, de la guerre. Aucun de ces moments interprétés ne peut résumer à lui seul la complexité de l’alchimie de l’agir collectif.

Après que ces moments passés ensemble soient advenus, chacun est rentré dans ses propres systèmes d’interactions ; toujours le même, et un peu changé ; « Ces heures ont été les seuls instants de ma vie où je ne fus qu’un homme ».

 

Alors, pour nous aider à réfléchir sur notre humanité, voici une proposition du philosophe italien Giorgio Agamben. Son court texte parle de « distanciation sociale ».

Si l’année 2019 a été marquée par une vague mondiale de mouvements sociaux, le virus Covid-19 – motif d’état d’urgence en temps de « guerre » sanitaire – a brusquement mis fin aux manifestations. Décliné en diverses langues, le mot d’ordre « Restez à la maison » rappelle sans cesse qu’il s’agit à présent de limiter les risques de contagion. Disciplinant les existences, la « distanciation sociale » généralisée instaure une nouvelle norme de vie, dont les conséquences politiques restent à explorer. Envisageant ses effets sur la masse, à partir d’un passage d’Elias Canetti, Giorgio Agamben dépeint une volonté collective de contrôle impérieux des liens humains, dont la peur de la mort est sans doute le profond ressort.

« Il est incertain où la mort nous attende, attendons la partout. La préméditation de la mort est préméditation de la liberté. Qui a appris à mourir, il a désappris à servir. Le savoir mourir nous affranchit de toute subjection et contrainte. »
Michel de Montaigne

Comme l’histoire nous apprend que chaque phénomène a ou peut avoir des implications politiques, il convient d’enregistrer avec attention le nouveau concept qui a fait aujourd’hui son entrée dans le lexique politique de l’Occident : la « distanciation sociale ». Bien que le terme ait été probablement fabriqué comme un euphémisme, par rapport à la crudité de celui de « confinement » utilisé jusqu’à présent, il faut se demander ce que pourrait être un système politique le prenant pour fondement. Cela est d’autant plus urgent qu’il ne s’agit pas seulement d’une hypothèse purement théorique, s’il est vrai, comme on commence à dire ici ou là, que l’actuelle urgence sanitaire peut être considérée comme un laboratoire où se préparent les nouveaux agencements politiques et sociaux qui attendent l’humanité.

Bien que, comme il arrive à chaque fois, il y ait quelques sots pour suggérer qu’une telle situation puisse être sans aucun doute considérée comme positive et que les nouvelles technologies digitales permettent depuis longtemps de communiquer avec bonheur à distance, je ne crois pas, quant à moi, qu’une communauté fondée sur la « distanciation sociale » soit humainement et politiquement vivable. En tout cas, quelle que soit la perspective, il me semble que c’est sur ce thème que nous devrions réfléchir.

Une première considération concerne la nature vraiment singulière du phénomène que les mesures de « distanciation sociale » ont produit. Dans son chef-d’œuvre Masse et puissance, Canetti définit la masse sur laquelle la puissance se fonde par l’inversion de la peur d’être touché. Tandis que d’ordinaire les hommes ont peur d’être touchés par l’inconnu et que toutes les distances qu’ils établissent autour d’eux naissent de cette crainte, la masse est l’unique situation dans laquelle la peur s’inverse en son contraire. « Ce n’est que dans la masse que l’homme peut être délivré de la peur d’être touché… Dès qu’on s’abandonne à la masse, on n’a plus peur d’en être touché. Quiconque nous bouscule est égal à nous, nous le sentons comme nous-mêmes. D’un coup, et comme si tout se passait en un seul et même corps… Ce renversement de la peur d’être touché est propre à la masse. Le soulagement qui s’y diffuse atteint un degré d’autant plus frappant que la masse est dense ».

Je ne sais ce qu’aurait pensé Canetti de la nouvelle phénoménologie de la masse qui se présente à nous : ce que les mesures de distanciation sociale et la panique ont créé est certainement une masse – mais une masse pour ainsi dire renversée, formée d’individus qui se tiennent à tout prix à distance l’un de l’autre. Une masse non dense, donc, mais raréfiée, et qui, toutefois, est encore une masse, si celle-ci, comme Canetti le précise peu après, se définit par sa compacité et sa passivité, dans le sens où « un mouvement vraiment libre ne lui serait en aucune façon possible… celle-là attend, attend un chef, qu’il faudra lui désigner ».

Quelques pages plus loin, Canetti décrit la masse qui se forme par le biais de l’interdit : « de nombreuses personnes réunies ensemble veulent ne plus faire ce que, jusqu’à alors, elles avaient fait individuellement. L’interdit est soudain : elles se l’imposent d’elles-mêmes… dans tous les cas il frappe avec une force maximale. Il est catégorique comme un ordre ; est toutefois décisif son caractère négatif ».

Il est important de ne pas laisser échapper l’idée qu’une communauté fondée sur la distanciation sociale n’aurait rien à voir, comme on pourrait le croire naïvement, avec un individualisme poussé à l’excès : elle serait, tout à l’inverse, comme celle que nous voyons aujourd’hui autour de nous, une masse raréfiée et fondée sur un interdit, mais, justement pour cela, particulièrement compacte et passive.

Giorgio Agamben, traduction  Florence Balique, à partir du texte italien publié le 6 avril 2020 sur le site Quodlibet (https://www.quodlibet.it/giorgio-agamben-distanziamento-sociale), paru dans lundimatin#238, le 13 avril 2020

 

What do you want to do ?

New mail

« Ces heures ont été les seuls instants de ma vie où je ne fus qu’un homme.» (Laurent Gaudé, Onysos, le furieux) : une expérience d’opéra participatif

Le paradoxe est que j’écris ces quelques lignes en plein confinement à cause de la pandémie de coronavirus. Je suis chez moi, avec mon épouse, à l’écart de tous. Bien sûr, comme beaucoup je communique (mettre en commun ?) avec les autres, via les moyens de télécommunication, réseaux dits « sociaux » et téléphone. Je communique avec des gens avec qui j’ai des liens, de famille, d’activités professionnelles et autres. Rien n’est laissé au hasard de la rencontre.

Et, c’est d’abord ce que j’ai ressenti dans ma participation à cette expérience d’opéra dit participatif : une rencontre improbable.

Une rencontre d’abord avec des artistes dans l’exercice de leur création, des artistes qui conçoivent un format et vous le font partager, qui l’argumentent et le mettent en œuvre. Le plus surprenant pour moi est ce mélange d’explications rationnelles, des horaires, des questions logistiques, mais aussi des consignes, des codes formels, et de schèmes interprétatifs qui proviennent de la lecture d’un texte (Onysos, le furieux, de Laurent Gaudé) qui vient percuter l’expérience partagée des deux créatrices, scénographe et chanteuse lyrique.

Mais la rencontre, pour moi la plus forte, du point de vue de mes expériences passées, c’est celle d’un groupe de personnes inconnues, juxtaposées. Nulle présentation réciproque n’a semblé nécessaire. Une vingtaine de personnes étaient là, chacune différente en âge, sexe, surement en matière de trajectoire et d’expériences. L’instant de la prise de contact a suffi à nous mettre en mouvement, ensemble. La surprise a été pour moi que, passé un bref moment d’interactions par le biais d’un jeu, en rond, nous entrions vite dans une très grande proximité, promiscuité, sans que cela ne fasse l’objet d’une quelconque explication, autre que la description factuelle des liens et contacts que nous nous proposions de pratiquer pour faire corps, ensemble.

Aucune explication n’a été donnée, ni même demandée. Aucune réticence, ni hésitation, ne s’est manifestée, et ce même en aparté, entre les personnes pour qui c’était pourtant la première expérience en la matière. Tout à la fois, chacun a respecté les consignes de jeu et les a interprétées pour en faire sa singularité au sein d’un groupe, lui-même, singulier dans sa diversité expressive. Chacun, et c’est là le rôle spécifique, créateur, des artistes, a pu se voir attribuer un rôle adapté à ses spécificités expressives sans que cela fasse l’objet d’une délibération ; une composition dans le mouvement même du jeu. De quelle composition s’est-t-il agi ? Quelle en était la partition ? Les personnes n’étaient pas rassemblées pour interpréter des rôles prédéfinis. Elles n’en auraient pas eu les qualités habituellement requises. Les rôles se sont inventés au fur et à mesure de l’exercice d’auto composition, simplement guidée et accompagnée par les artistes garantes de la pertinence et cohérence expressives.

Bien sûr, une explication rationnelle, celle du sociologue, dira qu’il s’agissait d’interpréter les rapports de l’individu au groupe, de jouer la complexité des interactions que mettent en œuvre un collectif improbable, spontané. A plusieurs moments, au cours du spectacle, ces interactions ont fait l’objet d’une description, interprétation et explicitation. Mais, ces moments interprétatifs, explicatifs faisaient eux-mêmes parties du spectacle que donnent à voir des groupes en mouvement, sous le mode du sport, de la danse, de la guerre. Aucun de ces moments interprétés ne peut résumer à lui seul la complexité de l’alchimie de l’agir collectif.

Après que ces moments passés ensemble soient advenus, chacun est rentré dans ses propres systèmes d’interactions ; toujours le même et un peu changé ; « Ces heures ont été les seuls instants de ma vie où je ne fus qu’un homme ».

 

What do you want to do ?

New mail

Les Tiers Lieux face à la pandémie du coronavirus : un moment politique….

 

What do you want to do ?

New mail

Le monde des Tiers Lieux est donc dans l’action pour faire face à la pandémie, bravo.

On comprend que face à une telle crise, c’est l’ensemble du « corps social » qui doit se mobiliser. Et, de ce point de vue, les Tiers Lieux montrent ce qu’ils sont avant tout : la manifestation d’une prise d’initiative privée qui prend des formes sociales et économiques plurielles.

Mais, a-t-il conscience, ce monde, que, pour une large part, dans les circonstances actuelles, il supplée les défaillances organisées d’un service public de santé qui a été mis à mal par le gouvernement actuel qui priorise l’accompagnement libéral de la transformation de la société ? Les lois d’exception prises concernant le travail risquent de nous le montrer bientôt. Certes, en faisant cela, il ne fait que poursuivre, mais d’une manière plus efficace, ce qu’on fait les gouvernements précédents. Mais, n’oublions pas que ces mêmes services publics de santé étaient en grève jusqu’à aujourd’hui où leurs agents risquent leur vie.

Ces Tiers Lieux, incarnent bien cette initiative privée dont on se félicite en ces temps de crise sanitaire. Ils sont mobilisés pour suppléer l’action sanitaire. Mais quels rôles, et pour qui, sont-ils prêts à jouer dans la recomposition sociopolitique à venir ? Comment, France Tiers Lieux, comme organisation politique, dans des rapports ambigus aux institutions publiques qu’il convient de ne pas caricaturer, va-t-elle se comporter ? Mais aussi, quels seront les positions et rôles des réseaux et structures ressources qui organisent le monde des Tiers Lieux ?

La période qui va s’ouvrir lorsqu’il sera mis fin au confinement et à la période de crise aiguë ne pourra être que l’amorce de la transition qui s’annonce.

Comprendre la dynamique de développement des activités dans les Tiers Lieux : Quelques propositions

Les projets de Tiers Lieux sont nombreux. D’ores et déjà, ces lieux font partie de l’espace public. Les Institutions publiques leur apportent un soutien. Elles le font sur base du service rendu aux publics concernés ; ce qui est bien dans leurs attributions et leur rôle. Mais, qu’en est-il de ces activités, quelles sont-elles, mais, plus encore, dans quelle dynamique ces activités sont-elles développées ? La spécificité des modes de développement des activités privilégiés dans ces Tiers Lieux est de nature à concrétiser les buts et objectifs que ces lieux se donnent.

Si « Faire Tiers Lieux » c’est définir un espace – temps au sein duquel des personnes font des « choses » ensemble, de manière autonome, il faut s’interroger sur les conditions matérielles, intellectuelles et politiques d’un tel espace-temps.

Autonomie ne signifie pas autarcie, fermeture (propriété) et indépendance vis-à-vis de l’extérieur.

Mais plutôt, agir en coopération dans un écosystème de confiance, faciliter la capacité de tous et de chacun à déterminer effectivement des règles de fonctionnement et d’usage.

(D’après https://movilab.org/wiki/LaMyne)

Pour cela, il faut s’interroger sur :

  • La construction des « activités » selon les niveaux de maîtrise d’ouvrage / d’œuvre / d’usages
    • Co construction originale d’une activité par un « collectif » constituant, tout ou partie de la communauté porteuse du lieu
    • Reprise d’un « service » préexistant au développement du lieu
      • Reprise intégrale ou adaptée d’un service existant « sur le marché », et dont l’accès est éventuellement assuré par un partenaire/prestataire extérieur au lieu
      • Reprise intégrale ou aménagée d’un service « social », assuré par un opérateur extérieur tirant ses ressources de financements publics, privés, ou hybrides
    • Les ressources (les moyens, mais envisagés comme des ressources, avec leur financement, les conditions de maintenance, de pérennité, de garanties données pour des conditions d’accès)
    • Les accès aux ressources construites ou mises à disposition

 

  • Les usages et accès des espaces circonscrits :
    • Mise à disposition des activités/services, et leurs conditions d’accès et d’usages
    • Accès et usages non prescrits, laissés à libre disposition individuelle et collective

 

  • Les externalités du tiers lieu :
    • ce qu’il apporte à l’écosystème,
    • au territoire,
    • à l’environnement

 

Il s’agirait donc de mieux comprendre comment se construisent les « activités » et leurs usages. Il faudrait demander aux porteurs de projets de Tiers Lieux comment ils s’y sont pris ou comptent s’y prendre ; l’accompagnement éventuel qui peut leur être apporté ne doit-il pas se situer d’abord à ce niveau.

Il ne faudrait pas se contenter de généralités à ce sujet mais de leur faire exprimer leurs intentions et expériences en la matière, leur en demander des exemples concrets, comment, qui, avec quels moyens, etc.

Des cas récents de TL présentés devant le comité AAP TL MEL permettent de comprendre les logiques de construction, mise à disposition d’activités.

Deux exemples, présentés de façon schématique :

T….. E….

Faire Tiers Lieu à partir d’une offre, au départ, commerciale, menée de façon « entrepreneuriale » classique,

avec développement progressif de clientèles spécifiques devant s’agréger en communauté,

avec une gouvernance sur base d’une sarl classique formée par les deux associées,

et qui est présentée comme devant s’ouvrir, au fur et à mesure de la construction de cette communauté,

la question du changement de structure n’étant pas explicitement posée,

la formation de la communauté étant, d’une certaine façon, présentée comme un coût que le TL(?) abordera quand il aura trouvé un équilibre économie,

le rôle de la communauté n’étant pas pensé dans l’équilibre économique global du lieu

U……

Faire Tiers Lieu à partir d’une démarche basée sur un « labo d’expérimentation d’usages » porté par un Centre Social,

en rupture avec une conception d’activités sociales « en catalogue » justifiant l’agrément de financement donné par la CAF et autres financeurs publics,

le labo prend la forme d’un espace provisoire de co construction/ maitrise d’usages,

un espace virtuel provisoire, délimité par des palettes sur un parking de la résidence qui constitue le cœur du territoire visé,

un espace matériel (un local dans la résidence)

La gouvernance spécifique du TL est envisagé en parallèle et en rupture avec celle du Centre Social.

La communauté des Tiers Lieux en Hauts de France, avec la Compagnie des Tiers Lieux

Une enquête menée auprès des acteurs porteurs de tiers lieux en gestation nous permet d’approfondir ces premières interrogations. Le collectif « Catalyst », composé d’une vingtaine d’acteurs promoteurs des premiers tiers lieux créés dans l’agglomération lilloise, est l’animateur d’une action de soutien à la création de tiers lieux. Cette action consiste en l’organisation d’événements appelés « Meet Up Tiers Lieux », quatre fois par an depuis 2014. Ces événements prennent la forme de réunions de travail réunissant à chaque fois une trentaine de personnes. Les projets potentiels de tiers lieu étant repérés, il est proposé à leurs instigateurs d’en faire la présentation et de soumettre le projet à la discussion des pairs. En effet, l’organisation du travail de réflexion collective sur les projets des uns et des autres, menée par des méthodes dites d’intelligence collective, est un élément décisif de ce type de mobilisation. Les porteurs  de projet font état de leurs avancées, de leurs choix d’activités et d’organisation de ces activités, de leurs questions, etc. Certains points clés de ces projets sont alors abordés lors d’ateliers qui se tiennent dans la continuité de ces présentations.

De l’observation participante, lors de ces événements, il ressort plusieurs enseignements. Tout d’abord, l’idée du lieu, la première conception de ce qu’il pourrait être, des activités qu’il pourrait permettre et le choix de la localisation apparaissent dans tous les cas dépendantes de la formation préalable d’un groupe de personnes formant une communauté plus ou moins intégrée. Il faut reconnaître ici que l’opportunité de se soumettre à la discussion et le soutien apporté par le collectif Catalyst, à travers ces événements Meet Up orientent dans une certaine mesure la présentation du projet et l’importance donnée à sa communauté initiatrice. Mais les cas présentés et discutés lors de ces réunions montrent des dynamiques d’initiation et des initiateurs plus diversifiés que ce simple modèle de la communauté d’acteurs telle que caractérisée précédemment.

Deux autres dynamiques sont également représentées lors de ces « Meet Up ». D’une part, des initiatives, tout autant privées, mais totalement individuelles dans un premier temps. Des particuliers font état de la disponibilité de locaux dans lesquels ils ne souhaitent pas développer des activités seuls mais en lien avec d’autres personnes qu’ils s’efforcent de rassembler autour d’eux, sans que cela s’opèrent dans le cadre de relation salariale, commerciale ou de la constitution d’une entreprise ordinaire. Ils espèrent alors que la communauté rassemblée lors de ces réunions Meet Up leur facilite la rencontre de co-porteurs d’un projet que les initiateurs isolés veulent rendre collectif. Cette logique d’action traite d’une façon originale une question que se posent les initiateurs de lieux, les communautés toutes constituées comme les porteurs de projet de lieu plus individuels, qui est celle de la garantie de la pérennité du lieu par le recours à une location mais avec un bail suffisamment long ou par l’achat de ce même lieu. Dans les deux cas, cette question fait l’objet d’intenses discussions et d’une recherche de solutions qui soient compatibles avec les finalités et les possibilités des acteurs engagés et donc autre que l’éventuel recours à un opérateur individuel, acheteur ou locataire unique. Dans tous les cas, les opérateurs de la finance solidaire sont des partenaires sollicités lors de ces assemblées. Une autre dynamique commence à se faire jour. Elle met au premier rang de l’initiative des élus locaux soucieux de voir de tels lieux se développer dans leur collectivité territoriale. Certes, ces élus locaux, présents aux Meet Up font état de l’existence d’une demande qui leur semble émaner d’acteurs de leur territoire. Mais, ils envisagent d’y répondre en empruntant d’autres chemins que les processus de l’action publique de création d’espaces spécialisés ; que ce soient par exemple des médiathèques, des Cyber centres et autres espaces dédiés au Numérique.

Ces Meet Up ont vu se fédérer aux premiers projets de Tiers Lieux, plus spécifiquement créés comme espaces de coworking des projets consistant à transformer des espaces existants en potentiels Tiers Lieux. C’est le cas d’espaces numériques et autres Cyberespaces créés dans un premier temps à l’initiative de collectivités territoriales. Plusieurs raisons, tenant notamment au désengagement des collectivités territoriales pour ces espaces, ont abouti à ce que ces espaces soient dans la nécessité de trouver des nouvelles finalités, de nouvelles activités et d’autres ressources permettant leur viabilité économique. Il en est de même avec les centres sociaux. Il en est aussi de même de lieux culturels, préalablement institués come lieux de diffusion culturelle, et qui prennent la voie d’une redéfinition de leur raison d’être.

La plateforme ouverte de partage d’expériences que constituent ces Meet Up permet cette fédération des initiatives en même temps que la mutualisation et le partage de ressources communs.

Plus récemment, la communauté des porteurs de projets de Tiers Lieux s’est constituée en association, la Compagnie des Tiers Lieux, formant réseau et se posant en ressources pour les Tiers lieux développés en Hauts de France. Elle a reçu pour cela un soutien financier de Métropole Européenne de Lille.

 

Agir en commun pour agir en communs ?

On parle de plus en plus des « biens communs » ou des « communs ». Que faut-il en penser ? Que cela peut-il représenter pour ceux qui s’engagent dans des démarches d’économie solidaire ? En quoi ces notions peuvent-elles conforter leur prise d’initiative ? Qu’apportent-elles à l’économie solidaire ?

L’économie solidaire ne se veut pas seulement « secteur économique » regroupant des entreprises spécifiques (relevant de la loi d’août 2014), des coopératives, des associations. Elle ne se cantonne pas dans des activités de services collectifs (aux personnes, environnement, cadre de vie, etc.), dans l’insertion par l’économique, dans les nouveaux modes d’échanges (commerce équitable, finances solidaires, réseaux d’échanges non monétaires). Elle peut concerner potentiellement tous les secteurs économiques et sociaux. Mais surtout, elle revendique d’être un « mouvement », une façon de fédérer des modes d’action collective basés sur la coopération dans le travail, la solidarité pour la citoyenneté économique. Ceux qui mettent en avant les notions de bien commun, ou de commun, dans leur prise d’initiative, ont-ils d’autres perspectives ? Expriment-ils une autre sensibilité, et s’engagent-ils dans un autre cheminement que celui que s’est donnée l’économie solidaire comme mouvement ? Pour répondre à ces questions, il faut s’entendre sur ce que représentent les communs.

La référence à la notion de « bien commun » met l’accent sur l’existence de ressources (souvent naturelles et limitées, mais pas seulement…) nécessaires à la vie de tous et dont l’accès et l’usage doivent être démocratiquement régulés et contrôlés. Si l’on considère qu’ils doivent l’être à égalité de droits pour tous (les citoyens), ils seront alors qualifiés de « biens publics ». La notion de « commun » renvoie davantage, quant à elle, à l’action volontaire et consciente de construction d’une ressource dont les règles d’accès et d’usages font l’objet d’une formalisation et régulation sociales spécifiques.

Ainsi, le commun, avant même d’être le contexte de la création d’activités dont il faudra construire la viabilité économique, est d’abord un enjeu d’« utilité sociale ». Il répond à un besoin, en exprimant une volonté de régulation d’accès et d’usages d’une ressource, que cette ressource soit matérielle, intellectuelle, informationnelle, de la connaissance.

Agir pour « entreprendre  en communs » suppose d’établir les conditions permettant à la ressource partagée de répondre au besoin exprimé. Pour cela il faudra la développer, en garantir la durabilité. La création d’activités prend alors tout son sens. L’enjeu n’est ici pas seulement technique, il est tout autant social qu’économique, relève autant de la justice de l’échange social que du financement de la ressource. L’enjeu a aussi une dimension socio politique de délibération sur les conditions d’accès à ces usages. Ainsi, dès le départ, l’ « entreprise » en communs ne peut se réduire à un projet technico économique de création de produit ou de service.

Mais alors, des questions se posent. Le commun en cours de construction est-il pertinent, par rapport à d’autres démarches similaires et simultanées qui pourraient se faire jour sur le même territoire ou sur un territoire proche ? Le commun envisagé répond-t-il non seulement à des critères de justice et de solidarité, mais aussi de durabilité écologique ? Comment distinguer, parmi les projets, ceux qui jouent transitoirement le commun pour déboucher sur autant d’appropriations privées différées ? Ces nouvelles initiatives en communs viennent questionner et dynamiser l’économie solidaire. Le commun définit, démocratiquement, donne son sens aux activités sociales construites, au travail fourni et aux échanges économiques auxquels il donne lieu.

On voit combien une économie de ressources partagées, en communs, est proche d’une économie solidaire, plurielle, associant des formes d’échanges relevant de valorisations marchandes (sur base de fonctionnements de marchés diversement régulés, comme tout marché, par les pouvoirs publics), de règles de redistribution publique, mais surtout de comportements sociaux de réciprocité qui donnent tout leur sens à l’ « entreprise ». Mais, si la réciprocité ne prime pas dans les rapports sociaux et n’ordonne pas le poids des valeurs associées aux logiques d’échange, alors, malgré une référence faite au commun, le risque est grand que l’économie des communs « ne sombre dans les eaux froides du calcul égoïste », comme dirait K. Marx…

 

ooo

 

De nombreux exemples tirés de l’économie du logiciel libre le montrent, la construction collective et le développement continu d’un commun n’est pas incompatible avec la création d’activités induites, portées par des organisations de tailles et compositions diverses, et répondant à des formes de viabilité économique elles-mêmes diverses.

D’un part un commun peut donner lieu à des activités portées par des structures et dans des modes économiques différents. D’autre part les mêmes organisations économiques à statuts juridiques spécifiques (ce que l’on appelle les entreprises dans l’économie dominante…), au sens où il s’agit d’entités ayant une unité de stratégie et de fonctionnement, peuvent présenter une diversité de modèles et des formes hybrides de ces modèles.

Un commun pourra générer des activités portées par des individus autonomes, par exemple des entrepreneurs salariés, au sein d’une Coopérative d’Activités et d’Emploi (CAE), ou par des entités relevant de différentes structures, associatives, coopératives, entrepreneuriales. Il pourra générer des activités rémunérées, strictement marchandes ou marchandes régulées, des activités financées par du crédit public, par du crédit mutualisé, par des dons privés, etc.

Le point particulier de ce type de créativité collective est de n’envisager les activités économiques, sous leurs différentes formes et modes de viabilisation, que dans leurs interrelations avec un commun dont la gouvernance globale demeure spécifique par rapport à celle des entités économiques induites. Ainsi, les appellations mais aussi les formes d’appropriation seront nécessairement distinguées pour éviter toute confusion et limiter les effets d’enclosure.

Cette réflexion sur les niveaux de gouvernance des communs et de leurs activités induites ne fait que reprendre et approfondir des travaux économiques dont on a redécouvert la portée avec le retour en grâce des théories sur les communs, après la reconnaissance des travaux d’Ostrom et de ceux qui leur ont donné une suite.

 

 

Arts Visuels En Communs, introduction

Les propos tenus lors des Comités Techniques le montrent, dans la construction de la « filière », des approches différentes se font jour. Elles sont plus ou moins perçues et/ou exprimées en tant que telles.

On évoque la nécessaire structuration mais sans en définir les finalités. Certes, on peut considérer que cela pourra se définir « en marchant » et qu’il faut d’abord que les acteurs se découvrent et se connaissent. On pourrait considérer aussi que la démarche filière a maintenant deux ans et qu’il faut lui donner une perspective et des objectifs communs.

La démarche filière trouve son origine dans la mobilisation du CRAC à propos de la politique culturelle régionale. Il n’est donc pas étonnant que soit privilégié un fonctionnement que je qualifie de « Commission Arts Visuels ». Une telle logique conduit à privilégier une forme originale de représentation de la filière/secteur Arts Visuels dans une perspective de concertation, voire de co construction, de la politique régionale, ainsi que d’animation et de régulation de sa mise en œuvre. La structuration alors recherchée se situe dans cette perspective de rapports exclusifs avec l’institution régionale et de co construction de la politique régionale.

Mais, la finalité pourrait être aussi, au-delà de cette fonction de représentation et de concertation, de construire ce que l’on pourrait appeler la « maison commune » des arts visuels en région (AVEC, Arts Visuels En Communs).

La perspective serait alors davantage de construire des ressources communes aux acteurs et d’en faire les bases d’une gouvernance autonome, solidaire et coopérative. Les institutions publiques, la Région et d’autres, pourraient s’y associer. C’est d’ailleurs ce qui se construit déjà, aussi. Lorsqu’on considère qu’une étude faisant « état des lieux » devra permettre un « diagnostic partagé » de la maison Arts Visuels en région, que cela devrait déboucher sur un « Observatoire », on commence à définir les premières briques de cette maison. Il en est de même lorsqu’on aborde la question d’un site commun pouvant aller vers une plateforme rendant visible à tous les activités spécifiques, les ressources potentiellement à partager.

Si on continue le chemin dans ce sens, on va déboucher sur de nouvelles questions, celles du financement et de la valorisation des ressources et des activités. Il faudra alors être créatif pour se dégager d’une alternative simplificatrice entre l’adossement  exclusif sur le financement public et le recours au marché.

Une filière Arts Visuels ainsi structurée ne devrait pas renoncer à interpeller les niveaux institutionnels et politiques sur les conditions d’existence pour la création faites aux artistes et autres professionnels indépendants, ainsi que celles des salariés des structures collectives de la filière.

Mais d’une façon volontaire, et par la coopération des acteurs entre eux, il faudrait envisager les contributions de chacun dans la construction des ressources communes et définir les conditions d’accès à ces mêmes ressources, pour les acteurs de la maison commune et pour les publics partenaires. L’élaboration d’une charte des valeurs pourrait y trouver sa base.

Chaque acteur d’une filière ainsi structurée doit trouver sa place dans des rapports économiques qui peuvent être marchands, mais maîtrisés et régulés. La question des chaînes de valeur se trouverait posée, mais ici passée au crible de la solidarité. La filière, ainsi conçue en « Maison Commune », pourrait se montrer créative en élaborant aussi de nouveaux rapports de réciprocité entre ces partenaires associés.

 

Médiation, Intermédiation à l’âge de la créativité diffuse

L’introduction d’un séminaire proposé par ALLISS  (Alliance Science Société) développait l’idée suivante en guise de définition des activités de médiation/intermédiation que ce soit dans le domaine scientifique et de la recherche ou que ce soit dans les domaines culturels et artistiques.

« La notion « d’inter-médiation » est l’occasion, pour les organisateurs du séminaire, d’inviter les participants à analyser des pratiques effectives de médiation pour dégager un fond commun à ces différentes pratiques, à la fois de manière trans-sectorielle et à l’intérieur de chaque secteur. Il s’agit aussi d’interroger la manière dont se passent ces mises en relation entre des experts, des praticiens, des acteurs, et des intermédiaires ainsi que la construction d’un langage partagé. L’idée est de mieux comprendre ce qu’est l’inter-médiation, la caractériser, et identifier dans quels champs elle est – ou peut devenir – une profession ».

L’intermédiation est-elle seulement, et même d’abord, une question d’intermédiaires, professionnalisés ? Est-ce une question de transactions (échange et transmission de contenus dans des formats reconnus, de connaissances…) entre des acteurs aux positions sociales établies, ou est-ce une question qui relève de la construction collective, commune, d’un espace d’interactions[1], d’un « milieu » au sein duquel se construisent des intermédiations relevant de processus collectifs de co création ?

Pour apporter quelques éléments de réponse à ces questions, je ne reprendrai pas l’exemple des intermédiations en matière de recherche, mais plutôt celles qui concernent la création artistique.

Si on prend en considération ce que l’on pourrait appeler le travail créatif-intellectuel [2], on verra que les similitudes sont fortes.

L’occasion est fournie par le souhait exprimé par les acteurs participant d’un écosystème des arts plastiques visuels en région Hauts de France de former une « filière » de façon à répondre aux attentes des pouvoirs publics régionaux qui veulent « aider » les acteurs culturels à se développer et à contribuer à l’ « attractivité » du territoire. Ces acteurs se réunissent depuis deux ans pour faire ce travail d’interconnaissance de leurs positions, de leurs activités, de leurs ressources communes à partager, à gouverner.

La « demande » exprimée par les pouvoirs publics est toute à la fois claire et ambigüe. Il y a l’idée de considérer ce « secteur » des arts visuels comme une « branche économique », comme une autre. Cette demande est faite de la même façon aux autres secteurs culturels (le spectacle vivant, les musiques classiques et actuelles, le livre, etc.). On encouragera les acteurs à explorer l’économie du secteur, les chaînes de valeur, les produits, les transactions…. Cette demande n’est pas rejetée par les acteurs, mais fait l’objet d’une réélaboration qui tient compte de la réalité des relations et des intermédiations complexes qui caractérisent cet écosystème.

En effet, on comprend vite qu’on ne peut pas aborder la notion de filière avec une représentation industrielle avec des processus bien spécifiés et professionnalisés de financement, de production, de diffusion/commercialisation d’œuvres. Et on ne peut pas non plus en rester à une représentation des activités polarisée par, d’une part, le (ou les) marché(s) de l’art et, d’autre part, l’intervention publique.

La complexité que suppose l’exploration de cet écosystème n’est pas celle de la multiplication des acteurs et de leurs positionnements pour des contenus ou des produits inchangés. Cette complexité provient de la multiplication/diversification des processus d’interactions et d’intermédiations ainsi que des contenus artistiques que ces intermédiations produisent. Le paradoxe est ici qu’au moment où la fragilisation des positions artistes apparait avec plus de netteté, nous pourrions vivre une « époque de créativité diffuse »[3], une époque de co-création élargie à une diversité d’acteurs, un contexte qui, plus globalement s’agissant des processus de valorisation générés notamment avec les potentialités du recours aux technologies cognitives et créatives, correspondrait à « un nouveau régime d’interactions » [4]. Vue sous cet angle,  l’activité artistique englobe une diversité de processus politiques, sociaux, économiques, culturels. Les processus de création, en arts visuels, tout autant que dans d’autres domaines de création, montrent une diversité de positions de co-création, mais aussi d’intermédiations qui sont autant de « milieux sociaux » dans lesquels les positions des acteurs ne peuvent être envisagées à l’aune de la mesure des compétences et des caractéristiques de métiers traditionnelles. Mais ce qui complique beaucoup la compréhension d’un écosystème de la création artistique, est le fait que cette époque de créativité diffuse est aussi celle de la diffusion massive de produits culturels, de la possible spéculation sur les œuvres du fait d’une économie financiarisée de la rente, du saisissement par les entrepreneurs du capitalisme de la « figure même du créateur »[5]. De nouvelles figures de créatifs émergent dans des processus artistiques ouverts à de nouvelles interactions sociales, solidaires[6], et on ne peut que constater l’intégration du « créatif » dans le cœur des processus de valorisation de l’économie dominante[7].

A cela il faut ajouter l’analyse qui doit être faite de l’extension du travail créatif-intellectuel [8] et de ses conséquences sur les transformations des métiers et positions intellectuels, métiers et positions que l’on trouve souvent associés aux expérimentations menées dans ces processus de créativité diffuse. En plus des divers métiers artistiques, les projets de création associent ainsi de plus en plus une diversité de ces métiers ; des architectes, des sociologues, des développeurs en informatique, etc.

La question de la place des intermédiations dans ces processus de création doit être regardée avec plus d’attention encore. On peut constater la multiplication des intermédiations que l’on pourrait qualifier de traditionnelles et qui sont bien repérées dans leurs rôles de diffusion et de valorisation de l’art (visuel, actuel) en région. Des études[9] qui leur ont été consacrées, il en ressort des topographies des « mondes de l’art » spécifiques aux régions et aux grandes agglomérations. Ces topographies distinguent le monde institutionnel, « constitué du fond régional d’art contemporain (FRAC), de l’école des beaux-arts et de lieux labellisés dédiés à l’art contemporain (musées, centres d’art, etc.) », du monde marchand, « constitué de galeries proposant des œuvres d’art »[10]. Un autre monde est envisagé, désigné « mondes intermédiaires », mais peu repéré dans la spécificité des intermédiations qui en résultent. Ces intermédiations sont créatrices de milieux territorialisés de co-création artistique. Les prendre en compte suppose de percevoir l’irruption des processus d’action sociale et solidaire à l’intérieur des processus de création. Et l’on comprend que ceux qui œuvrent dans de tels processus puissent s’adresser à d’autres institutions que celles de l’art et de la culture (la DRAC et les services art et culture des collectivités territoriales, notamment) et se tourner vers d’autres politiques comme celles en charge de la Ville, ou du soutien à la participation citoyenne ou à l’ESS. Comprendre ces intermédiations nouvelles suppose de prendre en considération le forme réseau du travail artistique dans ces contextes de créativité diffuse ; formes faites d’appariements singuliers d’acteurs et de métiers divers, de fonctionnements « rhizomiques » qui peuvent déboucher sur des modalités, elles –mêmes renouvelées, d’engagements artistiques, parfois loin des formes idéalisées des positions « artiste ». Cela suppose aussi de s’intéresser aux formes de valorisation économique dans lesquels opèrent ces processus d’intermédiation et aux conditions concrètes de construction de leur viabilité économique. Cette recherche de viabilité peut prendre le chemin de l’action pour la constitution et la reconnaissance de nouvelles formes d’action publique et de nouveaux appuis publics dans le cadre de nouvelles politiques culturelles co construites avec les acteurs des secteurs art et culture, comme cela s’est engagé avec l’action du CRAC en région Hauts de France. Elle peut aussi prendre le chemin d’un entrepreneuriat alternatif de l’activité artistique et culturelle,  éventuellement appuyé par les dispositifs de l’ESS. Le processus de la reconnaissance sociale des réseaux est alors indissociable de la reconnaissance des milieux sociaux qui les portent. On voit alors que ces milieux ne sont pas de simples lieux de coordination fonctionnelle, mais des lieux de coopération et de contributions, certes dans des modes d’organisation plus ou moins hiérarchisés et dominés, ou potentiellement égalitaires ; ce qui n’est pas sans poser de problème compte tenu des approches qui pourraient en être faites en termes de différences d’intérêts ou de différentiels de notoriété. Sous cet angle, ils renforcent la nécessité d’un repérage des espaces, des lieux, des situations dans lesquels s’opèrent ces processus de création spécifiques aux arts, plastiques, visuels.

Si l’on voulait approfondir les questions liées à ce contexte spécifique de la création artistique, il faudrait approfondir un travail d’observation et d’analyse déjà initié au moment où ont été développées les expérimentations et les réflexions ayant donné naissance au mouvement des « Nouveaux Territoires de l’Art », à la fin des années 1990.

Cela revient à s’intéresser aux espaces et friches artistiques et à faire converger le travail d’observation de ces phénomènes en région avec celui engagée par certains collectifs pluridisciplinaires de chercheurs/acteurs artistiques tels ceux rassemblés au sein de la coordination nationale des lieux intermédiaires (CNIL) ou de l’Institut de Coopération pour la Culture[11]. Il faudrait également articuler plus étroitement ces problématiques avec celles qui se développent aux points de convergence des potentialités offertes par la dimension alternative de l’économie numérique collaborative avec les développements actuels de l’ESS qui se nourrit de nouvelles initiatives en « communs »[12].

 

Alors qu’en est-il de ces intermédiations en matière d’activités de recherche ? Ces éléments ne sont-ils pas à reprendre et à adapter aux spécificités de ces autres travaux créatifs intellectuels producteurs de connaissances, pour qui et avec qui ?

[1] Je reprends ici l’orthographe du mot telle qu’elle est pratiquée dans la sociologie interactionniste et pragmatique.

[2] Moulier-Boutang Y. (2007), Le capitalisme cognitif La nouvelle Grande Transformation, Editions Amsterdam, Paris.

[3] P. Nicolas-Le Strat, 1998, p.27

[4] Colin N., Verdier H. (2012), L’âge de la multitude, Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, Armand Colin, Paris.

[5] P. Nicolas-Le Strat, idem, p. 28.

[6] Sans réduire la question à ce que décrit Paul Ardenne à ce sujet, c’est aussi la question de l’art « contextuel », cf. P. Ardenne, Un art contextuel, Flammarion, Paris, 2002.

[7] C’est toute la question des « industries Créatives » (R. Caves, Creatives Industries, Harvard University Press, 2000) et des potentialités de développement économique que les pouvoirs publics mettent en avant dans la région Hauts de France.

[8] Moulier-Boutang Y. (2007), Le capitalisme cognitif La nouvelle Grande Transformation, Editions Amsterdam, Paris.

[9] De Vrièse M., Martin B., Melin C., Mouveau N., Sagot-Duvauroux D. (2011), « Diffusion et valorisation de l’art actuel en région », Culture études, n°1, janvier.

 

[10] de Vrièse et al., idem, p.2.

[11] Une reprise plus précise de ces travaux viendrait ici conforter l’argumentation. Parmi les auteurs inspirant sur ces questions : Desgoutte J. (2016), Commun(S) Vers une poétique des Lieux Intermédiaires, ARTfactories/Autre(s)pARTs ; Henry P. (2014), Un nouveau référentiel pour la culture, Editions de l’attribut, Toulouse.

 

[12] Cette question mériterait également un développement, parmi les références : Dardot P., Laval C. (2014), Commun Essai sur la révolution au XXIème siècle, La Découverte, Paris ; Coriat B. (ed.) (2015), Le retour des communs La crise de l’idéologie propriétaire, Les Liens qui Libèrent, Paris.

Un séminaire du projet CREACIT à propos des Communs, de l’agir en communs, des communs urbains : quelques éléments en synthèse

Les 20 et 21 juin 2017 s’est tenu un séminaire à l’initiative du projet CREACIT (créativité citoyenne) sur les communs urbains et plus généralement les initiatives solidaires participant notamment d’un agir en communs. Ce séminaire se tenait dans les locaux de la Meshs (Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société), à Lille.

CREACIT, en tant qu’action de recherche participative, vise à mieux comprendre les pratiques citoyennes de création d’activités et de gestion collective de biens communs, à suivre les processus de prises d’initiatives en économie sociale et solidaire, à concevoir les dynamiques de consolidation en appui de demain, à étudier les nouvelles façons de créer des activités et d’en assurer collectivement la gestion dans un objectif de bien commun, et plus généralement de faire société (http://www.interphaz.org/2016/12/12/creacit-plaquette-de-presentation/ ). Financé par l’ex Région Nord Pas de Calais dans le cadre d’un programme « chercheurs-citoyens », il a démarré en 2015 pour s’achever fin 2017. Ce séminaire entrait dans le cadre de l’un de ses axes, celui sur les « communs urbains ».

 

Séance plénière

Benjamin Coriat

Le séminaire est introduit par un exposé de Benjamin Coriat sur les communs. On se rapportera aux différentes présentations qu’il a pu faire sur ce sujet, notamment, sous forme de vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=OsjSqaA3twQ), mais aussi d’écrits (« Qu’est-ce qu’un commun ? Quelles perspectives le mouvement des communs ouvre-t-il à l’alternative sociale ? », Les Possibles, n°5, 2015).

 

Christiane Bouchart, conseillère municipale déléguée à l’ESS (Lille), et vice-présidente au Développement Durable (MEL)

La présentation de l’action en faveur du développement de l’ESS à  Lille et sur l’ensemble de la MEL (Métropole Européenne de Lille) se fait sur les thèmes du « territoire résilient » et en s’interrogeant sur les liens entre ESS et communs dont il a été question dans la présentation introductive de Benjamin Coriat.

Le point de passage c’est une double réflexion d’une part sur l’économie de la contribution dans la mesure où elle rend visible des activités contributives, en révèle le travail sous-jacent, en évalue leur valeur économique, mais d’autre part, et surtout, une économie des, ou basée sur les, communs dans la mesure où elle se centre sur les potentialités des ressources partagées.

Quel avenir des 400 friches existantes sur le territoire de la MEL ?

Avec usage temporaire des friches sur base d’un amendement qui devrait rendre possible un travail, une « fabrique » des usages.

Quelle dynamique possible impulsée par l’AAP permanent « Mets la transition dans ton quartier ».

Que faudrait-il ajouter enrichir pour faire le lien entre transition et nouvelle économie de la contribution en communs ?

 

Julian Perdrigeat, Directeur de Cabinet du Maire de Loos en Gohelle

Une préoccupation de la mise en commun, en liens et en récits, conditions entrecroisée du changement et de son accompagnement ; le code source de la gestion du changement.

A retenir de ce récit de la conduite du changement, les « goheliades » instituées par le maire Marcel Caron, père du maire actuel, Jean-François Caron. Des spectacles mis en scène, en paroles et en actes par les habitants dans une démarche de reconquête collective et d’estime de soi, après le traumatisme de la perte de l’activité structurante du territoire, l’exploitation minière.

 

Jean-Christophe Lipovac, Cabinet du maire de Grande Synthe

Autre forme de tentative de résilience urbaine après le traumatisme créé par la relative désindustrialisation d’un espace construit en synergie avec ces industries dans l’oubli des vocations précédentes dédiées au maraichage et à l’agriculture. La démarche « ville en transition » a permis d’enclencher ce réinvestissement vers ces activités, notamment par le réinvestissement des pieds d’immeuble, la création de jardins, la création d’un corridor d’arbres fruitiers en libre-service.

L’un des dispositifs majeurs de ce réinvestissement est alors l’instauration des « fabriques de l’autonomie », avec un budget participatif de 500 k€, la création d’une monnaie locale, type SEL, des débats mobiles. Quatre orientations sont mises en avant : S’émanciper, S’autonomiser, Se relier, Prendre soin.

A la question posée de l’appropriation et de la diffusion de la démarche dans une perspective de changement d’échelle, il est fait référence à l’organisation d’un forum de la transition économique et sociale à l’échelle de l’agglomération dunkerquoise. Un fort accent est mis sur la relocalisation de l’économie du territoire, comme « communauté entrepreneuriale » à l’image de certains projets inspirés par des démarches québécoises.

 

Cette question du changement d’échelle est alors posée à l’ensemble des participants à la table ronde de la séance plénière.

Y est mis en avant par les deux représentants des collectivités territoriales, la nécessité de bien définir le  « code source du changement », c’est-à-dire une démarche qui se nourrit des spécificités du contexte et de ce qui peut faire sens dans les mutations spécifiques du territoire. Cela s’oppose alors à tout déploiement qui ne serait que du « copier-coller ». Par contre la démultiplication ne peut se passer de projets pilotes, de démonstrateurs.

L’appui sur les niveaux d’agglomération dans un pôle métropolitain plus large, regroupant des  agglos, peut permettre de dépasser les blocages au sein même de l’agglomération à laquelle appartient le territoire en transition. C’est notamment le cas de Grande Synthe.

Sur cette même question du changement d’échelle de la transformation, Benjamin Coriat avance trois piliers, points d’appui de la mobilisation collective.

C’est d’abord, la mise en avant comme première condition, l’existence de communautés locales qui s’organisent en continue et s’accaparent de problèmes nouveaux, d’abord par « en bas », par la mise en valeur de pratiques qui densifient la vie collective et citoyenne.

C’est aussi le constat que le passage à une échelle plus vaste peut ne pas se faire, et souvent ne se fait pas, de « proximité en proximité », mais parfois en « sautant des échelons », pas par « cercles concentriques », mais parfois du plus petit niveau à celui à des liens avec des réseaux nationaux.

C’est enfin le fait de faire rentrer dans les pratiques initiées localement (au cœur du code source de la transformation, pourrait-on dire) des partenariats « public-communs ». C’est alors la question essentielle de la relation à construire avec des pouvoirs publics agissant en soutien à des communs. L’exemple de l’Italie et des villes italiennes est alors évoqué, comme aurait pu l’être celui de l’Espagne et de la Catalogne avec Barcelone surtout.

La discussion qui suit ces conclusions de la table ronde se centre sur la question du rôle des municipalités dans la conduite de la transformation. Fort de leurs expériences en Belgique plusieurs intervenants souligne que la teneur « municipaliste » du panel d’expériences livrées à la discussion pourrait masquer le fait que la mobilisation peut prendre d’autres chemins et d’autres contextes de territoire, pas tous institutionnels, mais davantage liés à des bassins de vie, à des territoires correspondants à des zones de ressources partagées, ou tout au moins partageables, en communs.

Un autre intervenant, par ailleurs élu local à Hellemmes, souligne l’appui public, bienveillant, que peut fournir une collectivité locale, quand bien même cela peut sembler paradoxal dans la mesure où l’approche en communs souligne une volonté de prise d’autonomie par rapport au pouvoir municipal.

Un autre thème est abordé, celui de la valeur économique donnée aux créations d’activités qui coïncident souvent à ces initiatives locales : Quelle évaluation, de quelle valeur et pour quel partage de ces valeurs, sous l‘angle des externalités positives de l’action en communs ?

Répondre à ces questions supposent de construire les cadres et les règles de ce que pourrait être une économie de la contribution de la contribution aux communs ; des règles pour mieux accompagner les relations créées entre les acteurs économiques des communs (entreprises, acteurs autonomes, collectivités) et travaillant avec, et à partir, des ressources mises en communs ; des règles de réciprocité accompagnant les transactions marchandes et les financements issus de la redistribution par l’action publique. Mais ces modalités telles que celles qui sont envisagées dans la réflexion qui s’amorce au sein de ce que pourrait être les « chambres des communs » ne doit faire oublier la nécessité de structures économiques, relevant d’une logique de la coopération par exemple, avec les SCIC notamment, mais aussi de régulations plus politiques, consolidant les institutions démocratiques par l’ouverture à une véritable citoyenneté économique.

 

 

20 Juin, Atelier C : « Comment l’argent et le Droit peuvent être au service du territoire »

 

Concertation, mais sur quoi, et quand ? 

Les concertations officielles permettent des échanges, mais pas de réelles captations des désirs et de ce qui pourrait faire usage qui supposent une approche critique de ce « faire ville » veut dire.

Pourtant les freins à la « fabrique de la ville » du point de vue des biens communs sont surtout la propriété individuelle inclusive et l’organisation des marchés publics.

 

Mobilisations des habitants, lesquelles ? 

La mobilisation courte et opérationnelle des habitants, usagers d’espaces et d’équipements

La mobilisation longue des « militants » sur les principes et pratiques de gouvernance, utilisant la fabrique des usages comme moteur de l’action collective citoyenne.

Les friches ouvrent des opportunités, parce qu’une question d’aménagement est officiellement posée. Mais qu’advient-il lorsque le tissu urbain se transforme progressivement par réhabilitation successive de parcelles isolées ? Comment alors aborder la question des espaces urbains, des équipements dans ce tissu en mutation sans vrai contrôle des habitants ?

Il faut aussi souligner l’ambiguïté des processus de concertation et des documents sur lesquels ils s’appuient. Ils mettent tout à la fois en avant leur caractère provisoire -Les plans ne seraient là que pour se donner des idées…- et invariant –Les chiffres des m2 de logements et de bureaux, plus quelques équipements sont présentés comme indiscutables…-. La concertation peut ainsi être ouverte ou fermée sur base de ces documents selon l’usage qui en est fait. Dans tous les cas, les documents, même non contractuels et seulement avancés à titre prétendument indicatif, finissent par circonscrire la discussion sur des points annexes des projets, de fait marginalisés.

Peut-on alors maintenir la mobilisation des habitants sur le temps long de ces transformations ?

Les réponses sont contrastées. Certains mettent en avant le caractère militant de la démarche de mobilisation. Elle prend alors d’autres formes que la seule réalité de la friche ou de l’espace à aménager, des principes sont mis en avant. Pour d’autres, cette mobilisation, axée sur les effets directs des projets présentés, ne peut se maintenir sur le long terme.

On réglemente les temps de la concertation mais pas ceux de la co construction.

Ces processus de co construction sont aussi confrontés à la faiblesse juridique des biens communs et à leur faible impact dans les représentations publiques. Les ressources naturelles ne sont pas perçues dans toute leur urgence.

Est-ce que la question est celle de la ville ou du territoire dans son rapport aux ressources, naturelles (la terre, l’eau, l’espace nourricier …) ? Faire le territoire n’est pas plus que faire la ville…Ne faut-il pas envisager des espaces urbains, mais qui sont envisagés autrement que du seul point de vue des catégories urbaines normées, comme des espaces nourriciers ?

 

La question foncière dans la mobilisation pour des lieux alternatifs

Laurent Courouble (co porteur) nous parle du projet la « loco », futur espace alternatif ouvert dans le cadre de la reconversion d’une friche industrielle importante à Lille. Il s’agit d’ouvrir un espace d’environ 2000 m2 pour lequel un dispositif foncier original est expérimenté.

Le projet s’appuie sur les capacités d’intervention d’un opérateur (ETIC) qui se veut tout à la fois une foncière, un promoteur et le possible futur exploitant du lieu créé. Etic se propose d’investir dans la propriété foncière dans le cadre d’un partenariat mais avec un choix d’amortissement sur du long terme qui permet des conditions financières favorables. Cela permet ensuite d’envisager des loyers modérés pour les locaux mis à disposition ; de 10 à 30 % en dessous du prix du marché.

Peuvent ainsi se rencontrer la démarche ascendante de portage du projet venant du terrain avec les compétences et la structure du partenaire (Etic), tout en permettant une autonomie relative vis-à-vis des collectivités territoriales.

La solution juridique est ici celle d’un bail emphytéotique accompagné d’un avenant pour usage social.

Cette expérience menée dans le cadre de ce projet sur la friche de Fives Cail permet d’envisager ce que pourrait être une « foncière régionale » inspirée du modèle d’Etic.

Cette réflexion rejoint celle déjà engagée par les acteurs du mouvement des tiers lieux lorsque par analogie avec ce que l’on constate dans le domaine de la propriété agricole avec des opérateurs comme « terre de liens », avait déjà été envisagée une réflexion sur la propriété foncière partagée, coopérative, du type « terre de lieux ».

Il s’agirait alors de collecter de l’argent permettant de solutionner les problèmes fonciers posés aux développeurs de lieux de création d’activités. Une intervention foncière doit permettre de donner une garantie et une pérennité aux investissements faits par les collectifs et les communautés portant ces lieux.

 

Faire se rencontrer des potentialités de projets et d’espaces vacants, l’expérience de Plateau Urbain.

Simon Laisney présente l’expérience de Plateau Urbain. Il s’agit de mettre à disposition de porteurs de projets des espaces vacants. Plateau Urbain, en tant que prestataire permet aux collectifs et aux associations qui les organisent de développer leurs projets en bénéficiant de locaux par de l’occupation temporaire négociée avec des propriétaires institutionnels ou privés.

Plateau Urbain agit ainsi sur le site parisien des « Grands Voisins ».

Il établit les conventions des occupations temporaires. Il aide les porteurs de projets à réfléchir à leurs modèles économiques. Les projets supposent des partenariats nouveaux entre propriétaires privés, institutions publiques et « communs » en construction.

Certes pour qu’il y ait occupation temporaire il ne faut pas qu’il y ait trop de travaux à réaliser dont les investissements pourraient être perdus en cas de relocalisation. Si ces investissements sont nécessaires, cela suppose de traiter le foncier autrement comme dans le cas  de la promotion du type d’Etic envisagé plus haut.

La coopérative Plateau Urbain permet la gestion transitoire de bureaux vacants ou en s’appuyant sur le marché de locaux d’activité de second choix délaissés par les activités économiques ordinaires.

La question qui se pose alors est de savoir jusqu’où et comment réhabiliter les locaux pour les rendre adaptés à leur vocation sociale et solidaire.

 

 

21 Juin, Matin, Atelier C : « Le territoire des projets : peut-on penser l’action en dehors des frontières administratives, institutionnelles, autres … ? »

 

A partir des expériences et des apports de Guillaume Faburel (Université de Lyon 2) et de Béatrice Auxent (Architecte et responsable de la CAUE).

Parler de territoire c’est d’abord souvent envisager l’action au regard de la construction institutionnelle qui découpe l’espace, c’est donc parler des statuts d’agglomération et autres  réalités institutionnelles.

Mais au moins deux autres composantes sont à prendre en considération.

C’est tout d’abord la composition géographique et physique des ressources naturelles, mais aussi historiques ; ce qui fait écosystème sur le long terme.

C’est aussi ce qui relève du mouvement d’individuation, des pratiques sociales et économiques concrètes, de ce qui fait « bassins de vie ».

Mais il nous faut constater que c’est souvent le découpage institutionnel qui prime quand bien même des évolutions se sont faites jour qui changent ce qui fait sens pour un découpage de l’action.

Envisager le développement du territoire est contraint par le prisme du mode de l’agglomération urbaine métropolitaine. La crispation institutionnelle sur ce mode contraint la dynamique du projet. Il peut être une potentialité de déblocage de rigidités locales. Il peut représenter un frein, s’il peut paraître s’opposer au pouvoir métropolitain ou obliger à une résistance.

Que peut représenter une dynamique de développement territoriale exprimée sous l’angle des communs ?

C’est potentiellement une autre approche de l’accès à des ressources, usages, « démarchandisés », et dans une autre logique que l’extension de services.

C’est aussi le choix d’une autre construction politique qui met l’accent sur la prise d’autonomie d’acteurs collectifs organisés et la construction de pouvoirs allant vers un polycentrisme des autonomies. Le commun territorial peut en effet se présenter comme une alternative au pouvoir métropolitain qui normalement les concentre tous.

On pourrait s’interroger sur les « principes d’agglomération » et leurs soubassements économiques qui donnent sens aux frontières administratives et politiques. Au principe d’agglomération de la ville urbaine on trouve l’organisation du marché. Avec les communs, n’est-ce pas un autre principe d’agglomération qui s’affirme mettant en avant la ressource partagée ?

Tout cela mérite d’être interrogé par les acteurs sociaux. C’est ce que se proposent des organismes comme les CAUE en aidant les acteurs sociaux à explorer les contraintes et les potentialités des territoires du point de vue de leurs limites de leurs frontières, mais aussi de leurs ressources.

Le projet lui-même, la pensée qu’il suppose, sa technicité peuvent être des obstacles à ces explorations. Les savoirs qu’il mobilise ne sont pas neutres. Ainsi, lors de la discussion de l’atelier un exemple est pris d’un projet qui s’appuie sur une discours critique de l’habitat pavillonnaire, du « péri-urbain » dénigré au profit d’une nouvelle densification, alors que ce qu’exprime éventuellement ce désir d’espace, souvent plus naturel, c’est un retour à la proximité avec la ressource naturelle, parfois exprimé en « retour à la terre ». Cela montre la nécessité de remettre de la critique dans l’analyse et la confrontation des désirs d’espaces. Référence est alors faite aux travaux d’Yves Chalas, avec sa « ville nature contemporaine ».

Les expériences mettant en avant la notion de commun, de ressources partagées, dans la perception du territoire ne se confrontent pas assez aux savoirs politiques qui font primer la centralité urbaine au détriment des espaces naturels appropriés par les expériences de vie des habitants.

Parler de commun nécessite alors une déconstruction critique des principes d’agglomération privilégiés dans les représentations politiques dominantes avec leurs savoirs correspondants.

La participation à l’aménagement avec cette capacité d’interrogation critique est alors fonction de la distance à l’institution, de la critique possible au travers des postures différentes par lesquelles passent les démarches participatives et de concertation. Les postures sont nombreuses, accompagnateur, formateur, animateur, agitateur, nourries de compétences diverses. Le phénomène qui semble plus nouveau est l’affirmation d’initiatives qui sortent du cadre politique de la concertation officielle, ce hors cadre de la mobilisation sur la redéfinition des espaces est alors souvent un hors cadre territorial et institutionnel.

Ces processus de prises d’initiatives maillent le territoire. Ils questionnent les logiques de constitution des villes. Des travaux de recherche mettent aujourd’hui en avant trois logiques de rapports à l’espace exprimées en communs.

Le commun pourra privilégier le « retour à la terre », se réapproprier la ressource naturelle d’abord, dans une expérience physique, parfois quasi corporelle, et pas d’abord l’espace.

Se référer au commun pourra mettre en avant le fait de jouer la coopération dans les formes de production, de fabriquer des usages par la coopération.

S’y référer c’est aussi valoriser un auto gouvernement des acteurs directement concernés par l’usage de la ressource.

En fait avec ces trois éléments nous avons les éléments de définition de ce que pourraient être des communs.

On comprend alors que la force des initiatives prises dans cette exploration en communs dépend de la capacité des acteurs sociaux à d’abord « s’autoriser » à remettre en cause les principes d’agglomération, plus ou moins conscients, plus ou moins explicités. Mais alors comment faire cette « collecte des imaginaires » sur les espaces à vivre ? Il faut alors des mécanismes délibératifs pour protéger les citoyens face aux pouvoirs. Un exemple est donné avec l’expérience de l’Agence de psychanalyse urbaine : « Ce qui n’est pas négociable, c’est l’imaginaire ».

 

 

21 Juin, Atelier C, Après-midi : « Mobiliser les habitants, qui mobilise qui, et comment ?

 

Mobiliser pour des projets urbains : l’exemple des Saprophytes

Les processus de mobilisation des habitants, participant à la conception et au développement d’un projet, se montrent très variables.

Ils peuvent aller de l’installation éphémère qui focalise la mobilisation, lui donne une force événementielle, jusqu’à l’établissement de projets englobants construits sur le long terme, portés au nom de la transition.

La mobilisation a besoin de l’espace public pour exister. Mais l’espace public, ouvert à ces mobilisations potentielles semble disparaître, en tant que tel, ou tout au moins se restreindre. Il est de plus en plus « normé », circonscrit, et régulé de contraintes qui sont autant de freins à l’expression, l’interpellation et l’organisation des collectifs. D’ailleurs, les formes de mobilisation ne sont-elles pas d’abord la construction, ou reconstruction de l’espace public en tant que lieu de prise d’initiative ?

Une autre difficulté que doivent affronter les acteurs dans la conception des formes de mobilisation est le rapport à l’institution commanditaire de l’action ou du projet urbain. Le projet, dans sa première forme d’expression tel que formulé par l’institution, la collectivité territoriale, par exemple,  par l’intermédiaire des experts, peut faire l’objet d’une reformulation plus ou moins grande. Dans le même temps, les opérateurs de l’accompagnement du projet s’efforcent d’en faciliter l’appropriation par les habitants et, par exemple, de le faire coïncider, tant que faire se peut, à un processus de concertation, voire de co construction. Le « travail de la commande » en lien avec les institutions est alors essentiel pour ces accompagnateurs de projet. C’est alors pour eux, l’expression d’un véritable métier de maitrise d’œuvre de projet co construit.

 

Mobiliser pour des projets de création de tiers lieux : l’exemple de la Coroutine

L’expérience de mobilisation restituée ici correspond à celle d’un collectif ayant créé un tiers lieu.

Plusieurs points doivent être soulignés.

La construction collective, faisant figure de mobilisation du collectif, fait l’objet d’une documentation sur support numérique, en temps réel et historisé. La mutualisation de l’expérience est au cœur de la mobilisation. Tous les acteurs peuvent s’approprier l’expérience  et la montée en capacités.

Autre question centrale celle de la gouvernance et en particulier de celle qui permet l’autonomie des salariés, entre eux et vis-à-vis des pouvoirs économiques et institutionnels. L’organisation du lieu se fait sans salarisation de l’un ou l’autre des porteurs du projet. Elle est aussi sans hiérarchie interne et sans recours à des soutiens financiers publics qui introduiraient des contraintes externes. Le principe auquel le collectif se rallie est de refuser des soutiens publics qui obligeraient à les justifier par la création d’un emploi salarié ; cet emploi focalisant alors toute l’aide publique.

L’organisation interne du lieu et les relations qui s’y construisent sont d’abord celle des usagers du lieu, entre eux. Les acteurs investis dans le lieu sont avant tout des usagers avant d’être des partenaires du projet de développement du lieu. Le fonctionnement évoque alors ce que les associations tentent de développer avec l’esprit qui préside à la définition des structures en collégiale.

La construction du consentement se fait par le recours à des outils de prise de décision décentralisée et cumulative (du type Loomio). La décision peut être prise tant qu’aucun acteur usager ne s’oppose aux décisions prises. Toute opposition suppose une proposition soumise au vote. La condition essentielle est ici de garantir la traçabilité des processus de décision et d’action.

Un autre exemple de processus de mobilisation concerne la construction d’un lieu éphémère investi par un groupe de jeunes sur une période de vacances. Le groupe accompagné dans cette démarche dans le cadre d’un projet jeune (type CJS) fait alors l’expérience de la création d’activités dans la perspective d’une économie de la contribution. Les micro activités (travaux de nettoyage, prestations informatique, cuisine, etc.) font l’objet de prestations à partir desquelles les jeunes expérimentent une forme de rétribution pour laquelle ils évaluent eux-mêmes leurs contributions et rémunérations. Ces évaluations sont portées sur un tableau synthétique, au vu de tous.

 

Mobiliser pour des projets d’action culturelle et citoyenne : l’exemple de Maitallurgie à Marchienne au pont (B)

La Maison pour les Associations de Charleroi présente son expérience d’accompagnement des collectifs citoyens dans les processus de mobilisation des acteurs associatifs.

L’expérience menée avec le festival Maitallurgie (Festival dans un lieu de friche industrielle, en Mai) permet de mieux comprendre comment il est possible de « construire des publics » dans ce qui pourrait apparaître comme les pires conditions locales. La ville apparaît comme la plus sinistrée du point de vue de l’emploi et de son cadre de vie, d’une métropole (Charleroi) considérée elle-même comme la plus sinistrée d’Europe…

Construire les publics signifie faire venir les habitants, les rendre actifs dans la conception et l’animation des activités lors du festival.

La spécificité de ces processus de mobilisation et d’action est de se centrer sur un travail au plus près des pratiques sociales réelles des habitants. Les actions sont ici menées par des artistes du spectacle vivant et des arts de la rue qui « vont chercher les publics », dans leur espace spécifique, en créant des dispositifs de facilitation de la prise de parole. Il s’agit d’abord de mettre les habitants ensemble, de les réunir, mais surtout de créer les conditions de leur prise de parole. La notion avancée est alors celle de la capacitation par le mélange des expressions et des prises de parole. Ainsi les thèmes du festival sont ceux choisis par les gens eux-mêmes, lors des actions de « porte à porte ». Les ateliers organisés dans le cadre du festival, « ateliers d’avenir », rassemblent et permettent la prise de parole croisée des travailleurs sociaux, des « bénéficiaires » des aides, des artistes et des représentants des collectifs citoyens.

Cette expérience de projets mobilisateurs de populations souvent considérées comme dégagées de l’engagement citoyen met en relief des pratiques et des postures sociales d’accompagnement de projets collectifs qui font l’objet d’une réflexion spécifique dans le cadre du projet CREACIT